10 Règles Essentielles de l’Affacturage

L’affacturage consiste en un transfert de créances commerciales à une société d’affacturage (le factor) qui finance immédiatement les factures. Souvent associé à des prestations de services complémentaires, comme la gestion des procédures judiciaires, l’assurance crédit, le renseignement commercial etc…….il permet un financement du poste client et sécurise la trésorerie.

  1. L’affacturage est un outil de gestion à part entière stratégique pour la gestion du BFR
  2. L’affacturage n’est pas une  solution d’externalisation du risque, la qualité du portefeuille  clients et de l’organisation comptable & commerciale est primordiale
  3. Utiliser l’affacturage sur le principe d’un découvert bancaire autorisé
  4. Un processus de facturation rigoureux (pour éviter les litiges) est indispensable
  5. Bien définir les écritures comptables avec le factor
  6. Expliquer en interne, y compris aux commerciaux, les impacts en termes de trésorerie et de suivi des clients
  7. Ne pas se laisser « griser » par des disponibilités, une trésorerie, relativement facile à obtenir
  8. Ne pas négliger la charge  administrative liée à la gestion du contrat d’affacturage
  9. Utiliser l’affacturage et les services liés (recouvrement, assurances) selon vos besoins pour maîtriser  vos frais financiers
  10. Utiliser les services d’un courtier pour trouver le contrat adapté à vos besoins

Informations complémentaires : articles, sources d’informations

Consultez d’autres articles sur Manager GO

Poster un commentaire

Classé dans coaching, Finances

MyCercle, un outil simple d’échange d’informations financières pour les PME et leurs partenaires

MyCercle est une solution d’échanges de données financières sécurisées et organisées entre les entreprises et leurs partenaires (banques, fournisseurs, assurances, clients, etc…)

Cette solution SaaS en ligne simplifie la vie des dirigeants d’entreprise, crée de la confiance et de l’efficacité collective en permettant d’échanger en toute sécurité des présentations d’entreprise actualisées, personnalisées et confidentielles, ainsi que tous les documents administratifs officiels.

images

Au-delà de la présentation contrôlée de votre entreprise auprès de vos partenaires (banque, assurance, factor,  fournisseurs, clients,organisme d’État, etc.), MyCercle  vous permet de connaître à tout instant la notation financière de votre entreprise, c’est également un lieu d’échanges de données financières sécurisées et organisées avec :

  • vos fournisseurs, acheteurs
  • vos clients, entre crédit manager,
  • vos banques
  • vos assureurs, crédit ou autre
  • votre expert-comptable,
  • les organismes de financement (Oseo, BPI etc..)
  • vos conseils, consultants

Chaque interlocuteur dispose instantanément des informations utiles le concernant.

 Exemples d’utilisation pratique :

1 – Vous venez de rencontrez un nouveau partenaire, au lieu de lui transmettre des documents papiers encombrants, invitez le à rejoindre votre communauté MyCercle.

2 – Au lieu de remplir cinq dossiers de financement pour cinq banques un seul  sera nécessaire

Pour plus d’informations allez sur le site de MyCercle

Un livre de Jérôme Cazes, "la révolution des cercles" :

Unknown-1

2 Commentaires

Classé dans coaching, Finances

Cash Now Mobile, une solution en ligne

En matière de recouvrement il est important d’agir rapidement car la capacité des clients à payer diminue avec le temps qui passe.

Une bonne communication avec les équipes commerciales est un des facteurs clés du succès.

Cash Now est une solution qui permet une meilleure interaction entre les commerciaux et les gestionnaires de comptes clients.

http://www.cashnowmobile.com

Poster un commentaire

Classé dans coaching, Finances

10 motifs de se préoccuper du BFR et du Cash flow

  1. Le chiffre d’affaires n’est réalisé que lorsqu’il est payé
  2. C’est 40 % de l’actif des entreprises
  3. Pour éponger une  perte de 1000 €, il faut réaliser  20 000 € de chiffre d’affaires supplémentaires (avec une marge de 5 %)
  4. Une facture impayée c’est une double peine :
    1. un manque de trésorerie immédiat
    2. une diminution du résultat annuel de l’entreprise
  5. Une relation banque bancaire claire et permettant d’agir en amont
  6. Améliorer ses relations avec ses fournisseurs en évitant relance et  et suivi administratif générateur de coût supplémentaire
  7. Une capacité accrue pour régler d’éventuels problèmes de trésorerie avant qu’ils ne se produisent
  8. Etre libre pour concentrer temps et idées sur les produits et le développement commercial
  9. Prendre des décisions en  connaissant les impacts et nécessités de financement
  10. Eliminer le souci du manque d’information financière au quotidien

recouvrement

Promouvoir une culture « cash » dans une entreprise c’est faire savoir quel est le résultat de bon nombre de décisions et c’est indispensable à une performance saine et pérenne de l’entreprise.

Pour cela, la prise en compte des flux de trésorerie dans les objectifs des directions opérationnelles (vente, achat, etc.) ne doit pas se borner à une simple information, mais être parfaitement intégrée aux objectifs des managers.

Un commentaire

Classé dans coaching

Qualité du poste client et gestion du cash

L’Association professionnelle des Credit Managers (AFDCC) et l’Association Nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion (DFCG)  ont organisé avec Contentia une conférence sur les bonnes pratiques pour prévenir et traiter les impayés .

 

Contentia CRI

Consulter l’indice CRI sur Le blog du recouvrement

Poster un commentaire

Classé dans coaching

Les procédures collectives sont elles efficaces ?

Connaitre la réglementation de la prévention des difficultés des entreprises et l’application des procédures collectives est une nécessité en temps de crise économique.

Trop souvent, les chefs d’entreprises font état de leurs difficultés financières au dernier moment, et se rendent au tribunal de commerce lorsque toutes les autres possibilités ont été déjà explorées, il est souvent trop tard.

Les procédures collectives préventives permettent d’obtenir soutien et conseils, à conditions de ne pas être en état de cessation de paiement.

Rappel : la cessation de paiement se définit comme une situation à un moment donné ou l’entreprise n’est pas capable d’honorer ses engagements de paiements,  faute de trésorerie.

Les procédures amiables et confidentielles :

Le Mandat ad’ hoc à pour objectif  d’obtenir un soutien en cas de difficultés passagères

Il est souvent préférable de demander un mandat ad hoc, puis  après avoir obtenu l’accord des créanciers, demander l’ouverture d’une procédure de conciliation afin de faire homologuer l’accord par le tribunal de commerce (souvent demandé par précaution dans les banques)

La conciliation permet l’ouverture d’une négociation avec l’aide d’un mandataire afin de faire face à des difficultés juridiques ou financières avérées ou prévisibles

A condition de ne pas être en cessation de paiement depuis + de 45J, la conciliation a pour effet immédiat la suspension de toute action en justice, c’est-à-dire que toutes les procédures en cours à votre encontre sont gelées.

  • 10%  des procédures se transforment en Sauvegarde/RJ/LJ
  • 90% des procédures font l’objet d’un accord avec les créanciers

Procédure amiable faisant l’objet d’une publication : La sauvegarde

Cette procédure avant tout préventive est destinée aux entreprises qui ne sont pas en cessation des paiements, mais qui ont des difficultés qu’elles ne peuvent surmonter seules.

Elle a pour objectif de faciliter la réorganisation d’une entreprise et permettre ainsi la poursuite de son activité.

Les conséquences de cette procédure :

- Pour les créances nées antérieurement au jugement, les actions en justice des créanciers sont suspendues

- L’entreprise a interdiction de payer une créance antérieure au jugement

- Le jugement entraîne la suspension immédiate de toute action à l’encontre des personnes physiques ayant consenti une garantie (ex : dirigeant d’entreprise ayant mis sa maison en caution personnelle)

  • Ø 80% font l’objet d’une période d’observation, d’un plan de continuation en cours
  • Ø 10% se transforment en RJ
  • Ø 10% en LJ

Conclusion :

A conditions d’être engagées très tôt, dès les premières difficultés, par le dirigeant, les procédures collectives préventives et amiables que sont le mandat Ad’ hoc, la conciliation et la sauvegarde sont efficaces.

Ne parvenant plus à régler ses dettes, voir ne pouvant plus assurer le paiement des salaires, un dirigeant d’entreprise est alors amené à se  déclarer en état de cessation des paiements auprès du greffe du tribunal de commerce.

 images

Les procédures collectives : Redressement judiciaire (RJ) et Liquidation judiciaire (LJ)

Même en difficulté financière, une entreprise peut être viable après une réorganisation ou une restructuration, c’est dans ce cadre que le tribunal prononce un redressement judiciaire.

Les objectifs du tribunal de commerce sont :

- La sauvegarde et pérennité de l’entreprise

- Le maintien de l’emploi

- L’apurement total ou partiel du passif

L’évolution de la situation des entreprises en redressement judiciaire (RJ) correspond à la synthèse suivante :

70% des RJ se transforment en LJ

    25% en plan de continuation

    5%   en plan de cession

La réalité des procédures collectives chaque année est la suivante :

  1.  80% des procédures collectives se terminent par une liquidation judiciaire
  2.  15% par une poursuite d’activité
  3.  5% par la cession de l’entreprise

Beaucoup de procédures sont inefficaces car trop tardives, il faut amener le chef d’entreprise à avoir confiance envers les procédures de prévention et faire en sorte qu’il initie assez tôt une démarche auprès du Tribunal de Commerce.

Les TC, écoles de commerces,  doivent sensibiliser les chefs d’entreprises, les étudiants en écoles de commerces, MBA etc.…..aux démarches et objectifs des procédures collectives.

Quelques remarques :

  1. Les procédures collectives préventives, et parfois confidentielles, sont efficaces.
  2. Les procédures de redressement, avec un plan de continuation sont souvent inefficaces à moyen terme

Le temps accordé à ces procédures, notamment RJ, est long, de 3 à 18 mois, ce qui créer une distorsion de concurrence flagrante entre entreprises d’un même secteur d’activité.

Une concurrence déloyale entre une entreprise qui paye ses charges sociales et fournisseurs et une autre qui ne paye pas ses dettes qui sont gelées par la procédure.

2 actions urgentes : La formation et réduire les délais de procédure

  1. Les Tribunaux de commerce, les écoles de commerces,  doivent sensibiliser les chefs d’entreprises, les étudiants en écoles de commerces, MBA etc.…..aux démarches et objectifs des procédures collectives
  2. Raccourcir à 3 mois, éventuellement renouvelable une fois, les délais de procédures pour limiter la concurrence déloyale entre entreprises saines et sous procédure collective.

Sources :

Deloitte / Altares : L’entreprise en difficulté en France mars 2012

Coface: Panorama Défaillances Mai 2013.pdf

Infogreffe

All tied up 2013

2 Commentaires

Classé dans coaching, Finances

BFR, comment optimiser sa trésorerie ?

L’optimisation des flux de trésorerie, au travers des créances clients, des stocks et des dettes fournisseurs n’est pas la résultante d’actions ponctuelles mais d’un travail permanent et d’une volonté des dirigeants d’entreprises.

Quelques articles et liens utiles :

Poster un commentaire

Classé dans coaching